Mont-Édouard en rando

Mont-Édouard en rando
Vendredi le 24 juillet 2020

Nous délaissons les sentiers achalandés du Fjord du Saguenay pour le Mont-Édouard, la station de glisse. Nous irons au sommet en utilisant les sentiers de raquettes et de vélo. En juillet, c’est un peu chaud pour surfer sur les pistes! Nous ferons une boucle en partant du côté est et reviendrons par l’ouest. 

Nous débutons par le sentier d’ascension (marche et vélo). Plus haut, nous le laissons pour les sentiers de raquette (Pierre Lavoie et Cascadeuse). Oui, il y a maintenant du vélo de montagne. Je serai obligé de revenir…

Houla, broussailles, fougères, arbres au sol nous accompagnent. Difficile de savoir ce qu’il y a en dessous. Elle est où la piste? Le souvenir d’un sentier me revient: Worcester au Vermont. Il faut avoir un bon sens de l’orientation. 

En passant par le côté est, un arrêt sur le Cap des Bouleaux s’impose. La vue est très jolie sur le Mont-Édouard et les montagnes. Nous voyons bien le dénivelé de certaines pistes. 

En regardant la montagne, nous avons une bonne idée de ce qui nous attends dans la Cascadeuse. Pour la rejoindre, nous devons descendre légèrement. 

Abrupte elle a été avec des pointes à 50 degrés. Mais quelle belle montée! Ici, l’orientation et l’attention étaient importantes. Elle m’a rappelé Hell Brook à quelques reprises (Mansfield plus deux sommets). 

En hiver, elle doit être un bon défi. Sachant que vous devez passer par le Cap des Bouleaux avant de rejoindre la piste.

Finalement, nous arrivons au sommet. La tour est toujours là, donnant une vue 360. Je lance mes répliques: « Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir? », ou encore « Raiponce! Lance-moi ta chevelure! » Toujours rien. 

Repas sur la galerie du chalet nous prenons avec vue sur l’anse. Beau en été comme en hiver. Toujours spécial une station de ski en été. Impression d’abandon.

Après le repas, nous marchons sur le sommet à la découverte des 5 belvédères avec vue sur le secteur haute-route et le lac Moreau. Il est temps de reprendre la cascadeuse vers l’ouest pour le retour. La descente est à pic jusqu’à la jonction de la Pierre Lavoie (secteur ouest). 

Par la suite,nous marcherons plus de 3 km en douceur avec fougères et broussailles. Difficile de voir le sol. Prudence, une attaque de gnome de montagne pourrait surgir! Un peu avant la sortie, nous passons entre un ruisseau et le Chemin de Verbon. Finalement, après 12 km, nous sommes de retour aux pieds des pistes. 

J’ai adoré cette boucle difficile de 12 km inédite. Mes réflexes sont actifs. Elle demande des connaissances en orientation et de l’expérience hors sentier. La majeur partie de la boucle se marche dans les pistes de raquette avec fougères et broussailles. À essayer si vous passez dans le coin.

Mes dernières visites à l’Anse-Saint-Jean remontent à 2018 et 2020 (Weekend de Pâques, rando et planche à neige | Duo père-fille en planche à neige | Mont-Edouard en planche à neige)

Le sentier: Mont-Édouard en rando

Merci Simon.

Happy hiking!
@ bientôt! J-François P.
Vous aimez? Partagez! Abonnez-vous! C’est gratuit!
Aucune sollicitation, aucun représentant n’ira chez vous!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s